Le Paradigme de l'ortie

Pièce familiale et éloge de la différence

Compagnie Les Mauvaises Herbes
De Léa Rivière
Tout public
Valentine a 18 ans, son bac tout juste en poche, et une passion débordante pour le dessin, les jeux de société, et la botanique. Elle est aussi autiste, et se contorsionne pour s’adapter au moule de la “normalité”.
A ses côtés, son père Simon, linguiste enthousiaste et pragmatique, sa mère Alice, matriarche volubile et violoniste rigoureuse, et sa grande sœur Léonie, étudiante en droit, attentive et revendicatrice.
Et l’extérieur, par bribes : l’ombre pesante des blouses blanches ; les éclats de rire moqueurs des camarades de classe ; la voix souriante d’un garçon sur le répondeur.
Le temps d’un dîner au sein d’une famille attachante et explosive, Le Paradigme de l’Ortie utilise le prisme de la cellule familiale pour questionner en filigrane l’obsession de norme et célébrer la différence.
Mise-en-scène : Léa Rivière
Avec : Juliette Blanchard, Eli Cunsolo, Caroline Dumontier, Marceau Deschamps-Ségura
Crédit photo ©Elodie Montagne

Mentions obligatoires

Avec le soutien du Centre Culturel Jean Vilar de Champigny-sur-Marne, et l’Espace Sorano de Vincennes.