Fred Nardin Trio

avec Leon Parker

Fred Nardin Trio avec Leon Parker

Connu comme l’un des responsables de l’Amazing Keystone Big Band, dont il est l’un des fondateurs et arrangeurs, Fred Nardin — prix Django-Reinhardt du musicien de l’année en 2017 — est aussi l’un des pianistes les plus remarquables parmi la génération des jazzmen trentenaires français.

Parfaitement ancré dans la tradition du jazz, dont il a assimilé les codes, il se détache de tout conservatisme par la fraicheur de son inspiration et la vivacité constante de son jeu.

Auteur d’un album très remarqué, «Opening», il a formé un trio avec le batteur américain Leon Parker (qui se fit connaître voici vingt ans dans celui de Jacky Terrasson) et le contrebassiste israélien. Or Bareket, qui est l’un des plus excitants du genre, entre standards revisité avec esprit et des compositions originales qui se prêtent admirablement au jeu du groove et du swing.  

Avec :

Fred Nardin, piano

Or Bareket, contrebasse

Leon Parker, batterie

Édito

Le jazz a inventé mille façons de faire vivre des instruments, tel le saxophone, qui, sans lui, seraient peut-être restés relégués au fond de l’orchestre. Le jazz a même donné naissance à l’un d’entre eux – la batterie – en confiant à un seul homme des percussions habituellement disséminées entre plusieurs mains. Il a, par la même occasion, inventé le « batteur », ce musicien au nom si peu musical qui, pourtant, est la force vive de tout groupe de jazz, celui qui lui impulse son rythme, lui donne son allant et le dynamise, tout en relançant les solistes et en colorant la musique des différents timbres qu’il tire de son set. Cette saison de Sorano accueillera quelques-uns des grands maîtres de cet instrument, de ceux dont le geste est en parfaite adéquation avec la musique, dont chaque frappe fait sens, qu’elle soit délicate ou puissante, simple ou complexe. Des vétérans Louis Hayes et Al Foster à des musiciens en pleine maturité comme Leon Parker ou Ali Jackson en passant par Joey Baron, qui a influencé tant de batteurs actuels, c’est un éventail de frappes et de pêches que nous assisterons, comme un festival en filigrane. Bien que centenaire, le cœur du jazz n’a pas flanché et sa pulsation nous emporte pour longtemps encore. Venez battre à son rythme le temps d’une soirée… ou de plusieurs !

Vincent Bessières

Un aperçu en vidéo

En partenariat avec