Rag’n Boogie par Sébastien Troendlé

Jazz Enfants à partir de 6 ans

En famille à partir de 6 ans

Lilo a onze ans et demi, et il apprend le piano. Au collège, il répète sans y penser les blagues cruelles que les enfants adressent parfois à ceux qui n’ont pas la même couleur de peaux qu’eux. Mais voici qu’un jour, il tombe sur une partition de boogie-woogie, et se laisse entrainer par le rythme frénétique de cette musique qui le prend comme une fièvre. Le blues, le boogie, le ragtime deviennent son obsession. Or, chaque soir, par magie, un certain Jelly Roll Morton, qui se prétend l’inventeur du jazz, apparaît pour lui raconter l’origine et lui apprendre à jouer cette musique inventée par les Noirs… Un joli conte musical, qui s’attaque aux préjugés, par un pianiste brillant et spectaculaire, spécialiste du genre.

Avec :

Sébastien Troendlé, piano

Mise en scène : Anne Marcel

Édito

Le jazz a inventé mille façons de faire vivre des instruments, tel le saxophone, qui, sans lui, seraient peut-être restés relégués au fond de l’orchestre. Le jazz a même donné naissance à l’un d’entre eux – la batterie – en confiant à un seul homme des percussions habituellement disséminées entre plusieurs mains. Il a, par la même occasion, inventé le « batteur », ce musicien au nom si peu musical qui, pourtant, est la force vive de tout groupe de jazz, celui qui lui impulse son rythme, lui donne son allant et le dynamise, tout en relançant les solistes et en colorant la musique des différents timbres qu’il tire de son set. Cette saison de Sorano accueillera quelques-uns des grands maîtres de cet instrument, de ceux dont le geste est en parfaite adéquation avec la musique, dont chaque frappe fait sens, qu’elle soit délicate ou puissante, simple ou complexe. Des vétérans Louis Hayes et Al Foster à des musiciens en pleine maturité comme Leon Parker ou Ali Jackson en passant par Joey Baron, qui a influencé tant de batteurs actuels, c’est un éventail de frappes et de pêches que nous assisterons, comme un festival en filigrane. Bien que centenaire, le cœur du jazz n’a pas flanché et sa pulsation nous emporte pour longtemps encore. Venez battre à son rythme le temps d’une soirée… ou de plusieurs !

Vincent Bessières

Un aperçu en vidéo